Le bonheur fait vendre: faut-il s’arracher les cheveux?

Depuis que j’ai vingt ans (et cela commence à remonter loin, dans le temps), j’entends dire qu’il est curieux que les misères, les catastrophes, la peur, la mort d’autrui, passionne autant mes contemporains. On me répond que la presse et la télévision n’ont pas le choix d’autres sujet: cela fait vendre!

Parfois un écrivain a essayé de parler du bonheur ou simplement d’être heureux et de partager ces moments avec un lectorat manifestement saturé des jeux du cirques. Il est de bon aloi de signaler combien un film ou un livre parlant de gens heureux est pénible et « chiant ». Mais nous devions être une certain nombre, dans mon beau pays dépressif et fier de son cynisme parfois, car avec le développement personnel, la psychologie positive, sont arrivés des titres tels que psychologie magazine, philosophie, nouvelles clés, etc…

Cela a grandement changé la gueule des rayons « presse » dans les médiathèques et les boutiques de presse elles-mêmes. Entre « Vanessa: le drame, Jonnhy la trompait » et des millions de mort suite à une fuite nucléaire, certains titres combattent la nuée sombre qui vous envahit, vous simple badeau: être heureux c’est difficile mais aler mieux pourquoi pas? Sénèque disait….Les légumes qui vous redonneront le moral…

Les Cassandre ne se priveront pas de se faire l’écho angoissant du malêtre généralisé que cela révèle: les français achète des livres sur le bonheur? C’est qui vont vraiment mal! Quand cette quête n’est tout simplement pas étiquetée « stupide, ou truc de nana » (tiens, les hommes, aimeraient davantage la souffrance?)…

En ce qui me concerne, si j’ai toujours trouvé malsain, la presse s’emparant du malheur des people ou des minorités maltraitées sous prétexte d’éveiller les mentalités », aujourd’hui, je suis plutôt rassurée que la question du bonheur ne soit plus un tabou, une question honteuse;

Le bonheur, ce n’est pas sale.

C’est dans ce nouvel état d’esprit causé par mon récent défi bonheur qu’en flânant en librairie presse, j’ai remarqué qu’un magazine s’appelait tout simplement « bonheur(s) magazines »(déjà le numéro 4 et je ne l’avais jamais vu!); Mon premier réflexe a été français:  tentation de l’ironie, du procès d’intention (c’est pour le fric…)….Hum, stupide et très peu rentable en matière de sérénité et d’agréabilité (l’art de faire son propre malheur). Mais très vite je me suis interrogée sur mes propres motivations: si dès que je vois écris bonheur je fuis (fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve disait la chanson de Gainsbourg), qu’en est-il de ma réelle motivation améliorer mes chances de connaître des moments de bonheur?

Donc, la bonheur fait vendre? Cela signifie que mes contemporain et compatriotes ont envie d’être plus heureux? Et bien, mazette, tant mieux! Pourvu que ça dure! Qui sait, peut-être y verra-t-on aussi: accepter d’avoir tort, apprécier la variété des opinions,être tolérant….vive la différence! « la compétition » ne rend pas tout le monde heureux….

Bref plusieurs petites choses m’on en quelques sorte rendue heureuse cette semaine: m’améliorer moi même, être capable de changer mes vues (et d’habitude), le fait que mon dossier à Pôle-emploi a été traité enfin, un examen médical plutôt positif, une prise de décision, un repas avec une ancienne collègue de travail, des moments de fous-rire avec mon mari qui se prend pour la coccinelle de Gottlieb dès qu’il est en week-end, la chaleur, le soleil enfin! Et la lecture de ce magazine, parce qu’il ne me parlait pas que de problèmes de famille ou de parentalité (puisque je suis privée de cela, j’ai du mal à m’identifier à certains sujet traité dans psychologies magasine, par exemple, de plus en plus consacré à la bulle familiale et parfois, je suis triste à force de me sentir si singulière surtout que le fait d’avoir des enfants, une famille, est le plus souvent cité et ce à juste titre j’imagine comme une source d’équilibre, de bonheur ou au moins de joie malgré les difficultés)….

Donc, voilà, tout ceci m’a amenée à voir la vie dans la lumière de l’été, à retrouver du charme à la ville, à sympathiser avec notre épicier qui nous raconte son beau Pays (l’afganhistan), à voir du beau dans les gens et donc aussi en moi même. A avoir envie de comprendre mieux mon mari coccinelle (lire sur la psychologie masculine, ainsi que le suggère G.Rubin et selon la méthode de A.J.Jacobs)et à me réjouir tous les jours un peu davantage de lui être tombée dessus il y a vingt ans… Reste plus qu’à appliquer ces commandement: persister, penser à remercier….

Bien sûr, je me surveille, je ne veux pas tomber dans une mythomanie ordinaire que j’ai parfois observée chez certaines fréquentations qui vous racontent tout ce qui leur arrive comme si c’était extraordinaire. Non, il ne m’arrive que des choses ordinaires, mes émotions lorsque j’en prends conscience dans ces moments agréables sont tout à fait raisonnable, absolument pas euphorique (remarquez, j’en suis loin!).

Il est probable que le fait de s’intéresser au bonheur dispose à le voir quand il se présente, et parfois même à s’observer soi même en train de le fuir où de le dénigrer… puis de le vivre, puis de l’apprécier, puis de le capitaliser….Un jour, le diffuser serait l’idéal, bien sûr, mais l’humilité et l’ambition mesurée font partie des recettes éprouvée… Je remarque que lorsque j’ai conscientisé plusieurs bonheurs, je suis plus agréable avec mon entourage et mon entourage a plus de chance d’être heureux et en bonne santé auprès d’une personne agréable: ma coccinelle virile et ma toute petite chienne  cabotine et craquante (ma famille à moi, ma Ohana).

C’est déjà une transformation de la façon de voir les choses… Les petites choses… à focaliser sur elles, surtout sur elles…Pour s’en nourrir et se faire une réserve un peu comme un écureuil de dessin animé se faisant une arrière boutique de noisettes dans son arbre… D’ailleurs, en parlant d’arbre, tiens, à cette heure ci- je tends l’oreille pour écouter les oiseaux et je laisse ce blog de partage d’expérience pour aller ouvrir la fenêtre!

Le bonheur ce n’est pas sale, la gentillesse ce n’est pas bête….

la photo en en tête provient de ce site:

TDR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s